Le soutien aux artisans

Hier, j’interrogeais Barbara Trachte, secrétaire d’État à la transition économique sur le soutien de la région aux artisans et artisanes bruxellois.

Micro-brasseries, boulangeries artisanales, chocolateries, menuiseries et ébénisteries, ferronneries, bijoutiers, tailleurs, céramistes… Parce qu’iels font la richesse du tissu économique bruxellois.

Alors je me réjouis :

💰 Des montants dégagés pour appuyer les artisan.e.s bruxellois.es (450.000 euros + 2 Mio pour BeCircular)

🏷 De la création d’un label «Designed / Made / Grown / Repaired in and around Brussels »

🔩 De la consolidation du réseau bruxellois de FabLabs

🖼 Puis, en cette fin d’année, la création d’une vitrine en ligne pour la promotion des productions régionales.

🎄 Faire ses achats de Noël locaux et durables, en découvrant les multiples savoir-faires bruxellois, c’est par ici www.mymarket.brussels.


Texte complet de ma question

Question orale de Barbara de Radigués, Députée ECOLO à Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique

CONCERNE: Le soutien à l’artisanat bruxellois dans le redéploiement post-covid

Madame la Secrétaire d’Etat,

Il y a une catégorie d’acteurs économiques dont nous avons encore que peu parlé dans cette commission. Il s’agit des artisans. 

La législation belge définit l’artisans comme « un travailleur indépendant actif ou une entreprise active dans la production, la transformation, la réparation, la restauration d’objets, la prestation de services dont les activités présentent un certain savoir-faire axé sur la qualité, la tradition et la création ». 

Micro-brasseries, boulangeries artisanales, chocolateries, menuiseries et ébénisteries, ferronneries, bijoutiers, tailleurs, céramistes… les artisans bruxellois sont nombreux et variés. Ils font partie intégrante du tissu socio-économique de notre région. Ils font vivre et dynamisent l’économie réelle de notre région, via des productions locales. Ils créent aussi des emplois durables et non-délocalisables. Puis aujourd’hui, de plus en plus d’artisans bruxellois s’inscrivent dans un perspective de production plus durable, respectueuse de l’environnement et des êtres humains. Beaucoup produisent dans un modèle de circularité.

Nos artisans bruxellois n’ont bien sure pas été épargnés par la crise du covid-19. Les artisans de l’agro-alimentaire auront particulièrement été affectés par les fermetures de l’horeca où ils écoulent une grande partie de leur production (je pense notamment aux nombreuses micro-brasseries bruxelloises qui remplissent d’habitude les frigos des bars de la région). Avec le confinement, puis l’annulation de nombreuses foires et marchés, et on le craint, bientôt celle des marchés de Noël, beaucoup d’artisans ont perdu d’importantes occasions de commercialiser leur production.

Dans une perspective de redéploiement, une fois cette crise dépassée, les artisans bruxellois auront leur rôle à jouer. Ils peuvent en effet avoir une place centrale dans le redémarrage de filière, la relance de production locale bruxelloise.

Dés lors, je voudrais savoir comment la Région vient spécifiquement en aide à ces acteurs économiques. Mes questions sont les suivantes:

  • Quels soutiens la région apporte-t-elle particulièrement à l’artisanat bruxellois?
  • L’annulation des marchés de Noël est particulièrement douloureux pour les artisans, est-ce que la Région va développer des projets qui aident ces personnes à trouver des clients? Je pense par exemple à un site les regroupant ou à des actions spécifiques « achat de Noël » pour les entreprises,…
  • Avez-vous une idée du nombre d’artisans ayant bénéficié des mesures d’aide économique mises en place par la Région face à la crise du covid-19?
  • Quels retours avez-vous de l’impact de la crise sur les artisans bruxellois logés auprès d’incubateurs régionaux comme Greenbizz et le Greenlab, ou Coopcity?
  • Les fablabs sont des lieux privilégiés dans lesquels les artisans peuvent se former aux techniques de leur métier, utiliser des outils et machines coûteuses, échanger avec d’autres artisans.  Comment l’activité des Fablabs bruxellois a-t-elle été impactée par la crise? Ces fablabs ont-ils bénéficié de soutien spécifique pour continuer d’accueillir les artisans starters de la région?
  • Quelle place sera donnée à l’artisanat dans le redéploiement économique de la région? 
  • Finalement, la DPR prévoit la création d’un label  « Artisan bruxellois » pour visibiliser et mettre en valeur le savoir-faire des artisans bruxellois. Où en est la création de ce label?

D’avance je vous remercie pour vos réponses,

Barbara de Radiguès