L’argent public doit servir à soutenir la décarbonisation de la société

Le communiqué de presse

PRB – Les écologistes plaident pour un désinvestissement dans les combustibles fossiles

Notre planète se réchauffe. Le climat change. La situation est critique. Parmi les pistes de solutions, les députés bruxellois, Barbara de Radiguès (Ecolo) et Juan Benjumea-Moreno (Groen), ont déposé une proposition de résolution pour un désinvestissement des combustibles fossiles et une gestion financière durable engagée au sein des institutions bruxelloises.

Pour le groupe Ecolo-Groen, qui plaide pour que le Gouvernement bruxellois accentue ses efforts en matière de désinvestissement des combustibles fossiles, aucun investissement ne doit être accordé aux entreprises en contradiction avec la politique verte et sociale de la Région. Car l’extraction des combustibles fossiles est risquée: à long terme, elle devient de plus en plus chère et contribue fortement au réchauffement climatique. En témoigne l’important appel de la communauté internationale à cesser d’investir dans les combustibles fossiles.

« Bruxelles doit être reconnue comme ville verte et précurseure en matière d’investissements durables. Nous plaidons donc pour que le Gouvernement intensifie ses efforts en ce sens. Dans le sens de la stratégie mise en place par Finance&Invest.Brussels, tous les fonds publics doivent viser un désinvestissement complet des combustibles fossiles et une gestion financière durable engagée d’ici 2025 », explique Barbara de Radiguès.

En effet, face à l’évidence de la gravité de la situation, il est important de tout mettre en œuvre pour garantir un réchauffement climatique inférieur à 1,5 degré, comme le stipule l’accord de Paris sur le climat.

Les écologistes, en collaboration avec d’autres parlementaires, plaident donc pour des investissements durables et engagés dans les appels d’offres publics pour les produits financiers, en soutenant notamment les institutions bruxelloises qui optent pour une telle politique financière. C’est dans cet objectif que le groupe Ecolo-Groen demande l’analyse de l’hypothétique comportement des fonds de pension bruxellois, qui représentent une grande partie du budget d’investissement, sans la part des combustibles fossiles présente dans leurs portefeuilles, il y a un, trois et cinq ans.

Autre point présent dans la proposition de résolution: la coopération avec d’autres niveaux politiques pour les encourager à suivre le mouvement. « Nous encourageons les différents niveaux de pouvoir à réorienter leurs investissements et à accélérer la réduction des investissements actuellement nuisibles à l’environnement et au climat », poursuit Barbara de Radiguès.

Pour y parvenir, le groupe rappelle l’accord de majorité du Gouvernement bruxellois et la nécessité de faire pression pour la création d’une banque du climat au niveau européen. Une telle institution pourrait, en effet, financer la transition pour les gouvernements européens et élaborer une directive visant à dissuader tous les acteurs financiers d’investir dans les sources d’énergie fossiles.

La proposition de résolution

Nous plaidons pour :

  • retirer, d’ici 2025, tous les investissements dans l’industrie fossile des organismes régionaux qui dépendent directement de la Région de BruxellesCapitale et de toutes les organisations dans lesquelles la Région de Bruxelles-Capitale participe;
  • opter, lors des prochaines adjudications publiques de gestion financière, et en tout cas d’ici 2025, pour une gestion durable des finances et des investissements engagés;
  • encourager et de soutenir les communes et les autres pouvoirs publics subordonnés dans le désinvestissement des combustibles fossiles et dans la gestion durable de leurs finances;
  • Comparer les performances économiques sur les 1, 3 et 5 dernières années, des fonds des pensions avec et sans la part de combustibles fossiles que contient le portefeuille;
  • Insister auprès du gouvernement fédéral et de la Commission européenne pour que l’on accélère la suppression progressive de toutes les subventions existantes qui portent atteinte à l’environnement;
  • insister auprès des instances européennes, comme prévu dans l’accord de gouvernement, sur la création d’une banque du climat à même de financer les investissements nécessaires à la transition et la mise en place d’une directive de désinvestissement dans les énergies fossiles pour tous les acteurs financiers.

Relais dans la presse